[ ai ] n. m.
• 1765; hay 1578; mot tupi-guarani
Zool. Petit mammifère (édentés) de la forêt brésilienne, aux mouvements lents, communément appelé paresseux. bradype. Des aïs.

nom masculin (peut-être de aïe, interjection) Atteinte inflammatoire des gaines synoviales péritendineuses de la face dorsale du poignet. ● (homonymes) nom masculin (peut-être de aïe, interjection) haï participe passé haïe participe passé haïes participe passé haïs participe passé haït forme conjuguée du verbe haïr nom masculin (mot tupi) Mammifère frugivore et mangeur de feuilles qui vit, du Honduras à l'Argentine, suspendu aux branches des arbres sans guère se déplacer. (Nom usuel paresseux à trois doigts ; ordre des xénarthres.) ● (homonymes) nom masculin (mot tupi) haï participe passé haïe participe passé haïes participe passé haïs participe passé haït forme conjuguée du verbe haïr

n. m. ZOOL Mammifère xénarthre arboricole, végétarien, vivant dans les forêts denses d'Amérique du Sud.

I.
1, HAÏ, subst. masc.
MAR. Reflux en tourbillons de l'eau d'une rivière provoqué par la rencontre d'un obstacle.
Rem. 1. Attesté ds Lar. 19e, GUÉRIN 1892, Nouv. Lar. ill. 2. ESN. 1966 signale que le mot est souvent utilisé au plur.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[]. 2. Homon. et homogr. — Homon. : haï part. passé de haïr. Homogr. : 2, 3, 4. — Rem. LITTRÉ traite le mot sous la vedette haï.
Étymol. ET HIST. — 1866. mar. (Lar. 19e : [...] Nom sous lequel les pêcheurs et les mariniers désignent un courant rétrograde au cours d'une rivière sur ses bords, et finissant par un tourbillon. C'est un endroit dangereux pour de petites embarcations).
Orig. obsc. Peut-être de aïe, interj.
BBG. — ESN. 1966.
II.
⇒AÏ2, subst. masc.
MÉD. Inflammation des gaines tendineuses, particulièrement celles des poignets, provoquant une crépitation douloureuse. Synon. synovite crépitante.
Étymol. ET HIST. — 1863 méd. (LITTRÉ : [...] Crépitation douloureuse des tendons. Cette affection, qui peut attaquer tous les tendons, siège particulièrement dans ceux de l'avant-bras).
Peut-être dér. de aïe, interj.
BBG. — GARNIER-DEL. 1961 [1958]. — LITTRÉ-ROBIN 1865.
III.
⇒AÏ3, subst. masc.
VITIC. Vin de Champagne mousseux produit sur le territoire d'Aï (ou Ay) :
L' pétille à défaut d'eau bénite...
P.-J. DE BÉRANGER, Chansons, t. 2, Paillasse, 1829, p. 39.
Étymol. ET HIST. — 1736 vin d'Aï (VOLTAIRE, Mondain ds Lar. 19e :Chloris, Eglé, me versent de leur main D'un vin d' dont la mousse pressée, De la bouteille avec force élancée, Comme un éclair fait voler le bouchon); début XIXe s. (Grimod, ibid. :Le pétillant fait éclater à la ronde les propos joyeux, les bons mots et les traits délicats).
Dér. de Aï, ou Ay, ville de Champagne d'où ce vin est originaire.
BBG. — BOISS.8.
IV.
⇒AÏ4, subst. masc.
ZOOL. Mammifère de l'ordre des édentés du genre bradype, appelé aussi paresseux :
On sait que l'animal qu'on nomme l'aï, ou le paresseux (bradypus tridactylus) est constamment dans un état de foiblesse si considérable, qu'il n'exécute que des mouvemens très-lents et très-bornés, et qu'il marche difficilement sur la terre.
J.-B. LAMARCK, Philosophie zoologique, t. 1, 1809, p. 262.
Prononc. — Pour la graph. ï, FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 5 précise qu'elle a la valeur de ,,à la fin du mot, après une voyelle ou une consonne, dans [i]aï (nom d'un animal), part. passé haï``.
Étymol. ET HIST. — 1558 haüt, haüthi (A. THEVET, Les Singularitez de la France antarctique, autrement nommee Amerique, Amsterdam, f° 99 b, ds KÖNIG 1939, p. 10 : Ils la nomment [ceste beste] Haüt ou Haüthi). — 1575 (A. THEVET, Cosmographie Univers., Paris, t. 2, f° 940 b, ibid.); 1578 hay (J. DE LÉRY, Hist. d'un voy. fait en la Terre du Bresil, autrement dite Ammerique, La Rochelle, p. 165, ibid.). — 1851, BOISTE; 1731, ai, attest. isolée (R. P. LABAT, Voy. du Chev. Des Marchais en Guinée, Isles Voisines et la Cayenne, fait en 1725, 1726 et 1727, Amsterdam, t. 3, p. 285, ibid. : Ai ou paresseux); 1765 (BUFFON, Quadrupèdes, t. 13, p. 34, ibid. :L'Unau et l').
Emprunté au tupi. La forme haüt, haüthi a prob. été infl. par amahut, nom tupi d'un arbre dont l' mange les feuilles. Voir KÖNIG 1939, p. 10 et FRIED. 1960, pp. 64-65.
BBG. — BÉL. 1957. — BOUILLET 1859. — KÖNIG (K.). Überseeische Wörter im Französischen (16.-18. Jahrhundert). Halle, 1939, p. 10 (Beihefte zur Z. rom. Philol. 91.). — PRIVAT-FOC. 1870.

1. [ai] n. m.
ÉTYM. 1765; empr. au tupi, langue indigène du Brésil; autre forme au XVIe, haüt, haüthi, puis hay (1578).
Zool. Mammifère édenté (Bradypodidés), qui vit en Amérique du Sud (n. sc. Bradypus tridactylus; Bradype). Paresseux.
1 (…) le remuement de la cervelle et du corps aussi durs pour nous que pour l'aï, qui passe une journée à se dérouler de son arbre (…)
Ed. et J. de Goncourt, Journal, t. I, p. 193.
2 Et d'autres espèces d'animaux précieux (…) aïs mous, lents, noués comme des chenilles à la branche qu'ils défeuillent, tournant leurs cous de caoutchouc dans une torsion quasi complète de droite à gauche et vice versa, avec leurs grands fronts et leur mâchoire en bec, leurs yeux ahuris, gorgés de gelure brillante (…)
P. Grainville, les Flamboyants, p. 43.
tableau Noms de mammifères.
HOM. Ahi, 2. aï, 3. aï; p. p. du v. haïr.
————————
2. [ai] n. m.
ÉTYM. 1863; p.-ê. d'après aïe.
Méd. Inflammation aiguë des gaines tendineuses du poignet. || L'aï provoque une vive douleur. Synovite (crépitante).
tableau Principales maladies et affections.
HOM. Ahi, 1. aï, 3. aï; p. p. du v. haïr.
————————
3. [ai] n. m.
ÉTYM. 1829, Béranger; vin d'Aï, 1736, Voltaire; nom d'une commune de Champagne, écrit aujourd'hui Ay, Aÿ.
Vin de Champagne d'Ay.Var. graphiques : ay, aÿ.
HOM. Ahi; 1. aï, 2. aï; p. p. du verbe haïr.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.